L’EPR ni en Drôme, ni ailleurs !

Partagez ce contenu
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on LinkedIn
Linkedin

Dans une tribune publiée cette semaine dans le Dauphiné Libéré des élus drômois et ardéchois, en majorité de Droite et Marcheurs, mais assurément tous réactionnaires, appellent de leurs vœux la construction d’un EPR sur le site du Tricastin.

Mais que souhaitent réellement ces élus irresponsables et peu respectueux des deux millions d’habitants qui vivent dans la zone à risques ? Sont-ils convaincus de la possibilité de la construction d’un tel équipement sur le site ? Nous en doutons. En cette période de recherche de suffrage, nous y voyons plutôt un positionnement purement électoraliste afin de contenter ceux qui aujourd’hui vivent du nucléaire sans voir que demain leur avenir est ailleurs.

A ce jour seuls 2 EPR fonctionnent dans le monde (Taishan, Chine). Alors qu’aujourd’hui cette technologie est déjà abandonnée par les Chinois pour leurs futurs centrales, considérée comme trop compliquée et couteuse, seulement 3 autres sites sont en construction dans le monde. En France, Finlande et au Royaume Uni. Et la facture ne cesse de s’envoler à l’image du projet français de Flamanville dont le coût final est estimé à 12,4 milliards d’euros alors qu’il était censé en coûter «  seulement » 3,5 Milliards.

En Drôme le lieu de ce projet qui ne verra jamais le jour est le site de la centrale nucléaire du Tricastin qui accumule pourtant tous les risques :

  • Construite sur une zone sismique, les sismologues du CNRS sont en train d’en réévaluer les risques suite au séisme du Teil.
  • Fonctionnant depuis plus de 40 ans et collectionnant des centaines d’incidents depuis sa mise en service elle rend déjà le site dangereux.
  • Fragilisée par des risques de sécheresse et d’inondation due au danger de rupture de digue, et à la vétusté du barrage de Vouglans, sa localisation renforce les probabilités de problème majeur.Si on ajoute à tout cela les risques d’attaques terroristes que les activistes de Greenpeace ont mis en lumière il y a un an en envahissant le site, la coupe est pleine !

Consacrons plutôt les moyens financiers disponibles à des investissements massifs dans les économies d’énergie, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables et permettons ainsi aux personnels du nucléaire d’aujourd’hui de travailler dans les renouvelables demain.

L’énergie nucléaire est une énergie du passé, une énergie qui comme les autres s’épuisera. 

Poursuivre le rêve atomique c’est mettre en danger les possibilités de transformation écologique de notre société thermo-industrielle.

Europe Ecologie Les Verts Drôme réaffirme son souhait de voir la Centrale Nucléaire du Tricastin fermée et s’opposera à toute velléités de construction d’un EPR.