Sortir du nucléaire : pourquoi ?
Partager

La sortie du nucléaire s’impose pour de multiples raisons : le risque inacceptable d’un accident majeur comme à Tchernobyl ou à Fukushima, des déchets radioactifs extrêmement dangereux pour des milliers d’années, une production d’électricité extrêmement centralisée, sécuritaire et non démocratique, l’utilisation et la diffusion de techniques permettant la prolifération d’armes nucléaires, la dépendance aux importations d’uranium, notamment en provenance de pays pour lesquels l’exploitation se fait au détriment des populations et de l’environnement (Niger, Kazakhstan…).

 

Le risque d’accident majeur peut être considéré comme de faible probabilité du fait des précautions prises dans les pays qui ont jusqu’ici développé les centrales nucléaires mais il est loin d’être nul et les conséquences de tels accidents peuvent être dévastatrices, comme l’a montré l’accident de Fukushima au Japon en mars 2011 : en plus des conséquences graves pour le personnel et la population avoisinnante, il faut compter avec le risque de pollution durable de l’environnement autour des réacteurs nulcéaires et des usines du combustible nucléaire

 Des accidents se sont déjà produits en France qui peuvent être considérés comme « précurseurs » d’accidents très graves (par exemple à la centrale du Blayais lors de la tempête de décembre 1999).

 

Pour les réacteurs nucléaires, le risque majeur est une séquence accidentelle pouvant déboucher sur un emballement incontrôlable des réactions de fission, puis une fusion du combustible au cœur du réacteur. Ce risque a été illustré en particulier par l’accident, sur un réacteur PWR de la filière la plus répandue dans le monde, survenu en mars 1979 dans la centrale nucléaire de Three Mile Island aux Etats-Unis.

 

L’acceptabilité d’un tel risque ne doit pas relever des experts ni, encore moins, des promoteurs du nucléaire. C’est une question dont la réponse revient aux citoyens, par un processus démocratique.

 

À ces risques, s’ajoutent des raisons économiques : la poursuite onéreuse du programme nucléaire français bloque les politiques d’économie d’électricité, freine le développement des renouvelables, et empêche les mutations industrielles indispensables à la transition énergétique et à notre avenir économique.

 

Le nucléaire n’a pas permis de réduire la dépendance de la France aux produits pétroliers. La consommation annuelle moyenne par habitant de produits pétroliers était en 2009 de 1.06 Tonne Equivalent Pétrole en France, contre seulement 1.01 en Allemagne, 0.99 au Royaume-Uni et 0.92 en Italie.

 

La totalité de l’uranium que nous consommons est importée du Niger, Canada, Kazakhstan, Namibie… La dernière mine d’uranium française a été fermée en 2001. Le taux officiel d’indépendance énergétique (50%) néglige ce « détail » ; si l’on intègre cette dépendance, ce même taux officiel d’indépendance tombe à moins de 10%.

 

Voilà pourquoi il faut sortir du nucléaire.