Réduire les factures, supprimer la précarité énergétique
Partager

La transition énergétique a pour but d’offrir un système énergétique sûr, sécurisé et respectueux de l’environnement. Au-delà des effets bénéfiques pour l’emploi, qu’en est-il pour les ménages et pour les entreprises ?

 

Le discours ambiant consiste à dire que les « énergies renouvelables coûtent cher » : faire la transition énergétique cela voudrait dire augmenter notre facture.

Il convient de bien comprendre qu’en l’absence de changement de notre système énergétique, l’accroissement de la facture d’élec est inéluctable.

Cela  s’explique de plusieurs façons :

  • les énergies fossiles se raréfient, leur prix augmente. Il ne peut que continuer d’augmenter.
  • l’énergie nucléaire se renchérit (démantèlement à prévoir, mise à niveau post-Fukushima, nouveaux investissement envisagés…).
  • l’Etat français, qui subventionnait directement ou indirectement, certaines énergies n’est plus en mesure de le faire.

 

A coté, de cela, la transition énergétique permettra, à un horizon de quelques années de réduire la facture par rapport à la tendance actuelle. Comment ?

 

Tout d’abord, parce que la transition énergétique repose sur l’accroissement de l’efficacité énergétique et par de la sobriété. Concrètement, cela signifie que les volumes d’énergie consommés sont moindres que dans le système actuel. Or nous savons que les économies d’énergie sont très rentables  dans de nombreux cas.

 

Par ailleurs, le prix des énergies renouvelable diminue régulièrement ; certaines sont déjà compétitives avec les énergies fossiles et fissiles et cette compétitivité ne peut que se renforcer.

 

Si on résume :

  • le prix de l’énergie va augmenter par rapport à aujourd’hui
  • savoir ce qui coûtera le plus cher entre les renouvelables et les fossiles n’est pas forcément évident.
  • mais en admettant que la production d’énergie renouvelable coûte plus chère, le surcoût est plus que compensé par les économies d’énergie.

 

Ainsi, dans une étude, Benjamin Dessus estime que la facture finale payée par les ménages et les entreprises pourrait être d’environ 10% inférieure à la facture dans le système énergétique actuel.

 

D’autre part, il convient de considérer que la tarification progressive permettra de faire jouer la solidarité. En moyenne, les ménages les plus aisés dépensent plus d’énergie que les plus pauvres : avec la tarification progressive, ils paieront d’avantage et aideront donc à réduire les inégalités.

 

Enfin, les programmes de transition énergétique (tous les dispositifs exposés par ailleurs, avec un fonds national de transition énergétique) permettront à tous de réaliser les investissements nécessaires pour pouvoir faire des économies d’énergie.

 

Au-delà de ce calcul de coût direct, il convient de considérer les bénéfices issus de la transition énergétique. Par exemple, une étude estime que pour 1€ investi dans la précarité énergétique, 0,47€ sont économisés  dans les dépenses de santé, du fait de l’amélioration des conditions de vie.

Les bénéfices socio-économiques dépassent largement le cas de la santé. Il convient de considérer : que la création massive d’emplois permet d’améliorer les conditions de vies de nombreuses personnes et de réduire les besoins de financement de l’assurance chômage, que la production locale permet une réindustrialisassions et donc dynamisme économique accru, que l’autonomisation énergétique permet une forte réduction du déficit commercial et une amélioration des comptes publics…

 

En restant dans le modèle actuel, il est certain que les difficultés vont se cumuler. En engageant la transition énergétique, nous permettons d’éviter la plupart des difficultés et de nous organiser pour y face à celles qui restent, dans la solidarité.