La France doit adhérer au TIAN, le nouveau traité d’interdiction des armes nucléaires des Nations Unies ! 

Partagez ce contenu
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on LinkedIn
Linkedin

Le nouveau traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN), adopté à l’ONU par 122 États et ratifié par 51, entrera en vigueur ce vendredi 22 janvier 2021.

Europe Écologie Les Verts rappelle la menace permanente et grandissante d’un usage de l’arme nucléaire, voulu ou accidentel, causé par un chef d’État ou un gouvernement incontrôlable, une erreur humaine ou un incident technologique, voire une cyber attaque. Le désarmement est une question urgente, alors que l’évolution technologique des arsenaux nucléaires, de défense comme d’attaque, connaît une surenchère de plus en plus dangereuse, notamment du fait de l’introduction des missiles hypersoniques. S’y ajoute la fin de nombreux traités du contrôle des armements qui nous rend de plus en plus vulnérables face à ces arsenaux, c’est une menace constante sur la sécurité mondiale.

A ce jour, 1800 armes nucléaires sont en pré-alerte dans le monde, prêtes à servir dans un délai de 15 minutes, la France étant le pays qui détient le plus grand pourcentage de son arsenal en préalerte. La prévention d’un tel risque oblige la communauté internationale à agir sans plus tarder.

L’entrée en vigueur du TIAN peut dorénavant se faire grâce aux 51 pays qui ont ratifié ce traité. Mais les États détenteurs d’armes nucléaires ou abritant certaines de ces armes ont refusé jusqu’ici de s’engager dans le processus d’interdiction, c’est le cas de la France. Ces États sont appelés à rejoindre ce traité qui, comme pour les interdictions des armes chimiques et biologiques, offrira à l’humanité, et à notre planète, un espoir et des outils pour vaincre cette menace.

EELV appelle donc le gouvernement à ouvrir, sans délai, un débat au Parlement pour faire adhérer la France au TIAN. Rappelons par ailleurs, que l’arsenal nucléaire est un poste de dépense exorbitant : déjà 4,73 Mds € en 2020, probablement 5,1 Mds € pour 2021 pour atteindre 6 milliards € par an à partir de 2024. Sans oublier que les déchets nucléaires engendrés comptent parmi ceux dont la radioactivité est la plus forte et la plus tenace.

La France renforcerait la sécurité commune en mettant en œuvre les 22 mesures pour le désarmement nucléaire adoptées en 2010 dans le cadre du Traité de non-prolifération, et en  appelant à une zone exempte d’armes nucléaires européenne, avec un plan de désarmement, qu’il soit unilatéral ou multilatéral. Afin de contribuer au développement du traité, nous demandons également au gouvernement d’assister, en tant qu’État observateur, à la première conférence des États parties qui se tiendra cette année à Vienne.

Nous appelons la France et l’Union européenne à contribuer à la mise en œuvre de ce traité, notamment en ce qui concerne l’assistance aux victimes ayant souffert des essais nucléaires, y compris en Algérie et en Polynésie française, territoires largement touchés par les essais nucléaires français.

Les écologistes seront donc aux côtés des tous les acteurs en faveur du TIAN, ce vendredi 22 janvier 2021, et appellent à une mobilisation générale pour applaudir à l’entrée en vigueur de l’interdiction de l’arme nucléaire sous l’égide des Nations Unies. Un rassemblement est prévu de 15h à 17h sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris, ainsi que dans de nombreuses autres villes. EELV soutient également « l’appel des villes » d’ICAN (Campagne Internationale pour l’Abolition des armes Nucléaires) pour le désarmement nucléaire.