Soutien aux militant·es anti nucléaires de Bure !

Partagez ce contenu
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on LinkedIn
Linkedin

Hier, mardi 21 septembre, le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc a rendu son délibéré trois mois après le procès de sept opposant·es au projet Cigéo d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, dans la Meuse. EELV renouvelle son soutien aux militantes et militants antinucléaires dont deux ont été condamnés à de la prison ferme.

Orchestré par l’État français, ce procès d’intimidation aura donc déployé des moyens colossaux pour finalement accoucher d’une souris. Rappelons les chiffres de cette enquête hors norme : 4 années d’enquête, plus d’un million d’euros d’argent public dépensé, 30 personnes mises sur écoute quotidienne, 90 000 messages et conversations retranscrits, 25 perquisitions, 20 164 pages de dossier d’instruction, pour, en définitive, sept personnes au tribunal. Pour y parvenir, l’État a en outre déployé des logiciels techniques utilisés dans les cas de meurtres ou d’affaires terroristes : technologies poussées d’écoutes et de surveillance, traçage physique et numérique des militants, etc.

Europe Écologie Les Verts réaffirme son soutien aux militants anti-nucléaires et dénonce les agissements de l’État français par ce procès d’intimidation. Certains des prévenus ont finalement été condamnés pour des motifs avant tout politiques, de participation à une manifestation.

Néanmoins, EELV se félicite que l’accusation d’”association de malfaiteurs” et de “bande organisée” n’ait pas été retenue par la justice, qui a relaxé les prévenus sur ce point. Il est déplorable que la contestation de la politique nucléaire française amène à des condamnations disproportionnées. Les écologistes déplorent cette décision de prison ferme.

Ce jugement intervient alors que s’est ouvert, le 15 septembre dernier, à partir d’un dossier incomplet et biaisé, la période d’enquête publique à propos de la Déclaration d’Utilité Publique de CIGEO, permettant potentiellement à l’État d’acquérir les dernières parcelles privées nécessaires à la construction de l’ouvrage, en expropriant leurs propriétaires au besoin.

EELV appelle le gouvernement à ne pas chercher à passer en force avant la prochaine élection présidentielle, ce projet Cigéo étant particulièrement contesté depuis de nombreuses années. Il est temps d’en finir avec une énergie nucléaire coûteuse et dangereuse pour les citoyen.nes et les générations futures.