Projet d’EPR à Penly : tout simplement incompréhensible !

Partagez ce contenu
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on LinkedIn
Linkedin

Communiqué de presse de Normandie Ecologie

EDF a annoncé, vendredi 18 décembre, son intention d’implanter deux EPR sur la centrale de Penly en Seine-Maritime. Alors que le chantier interminable de l’EPR à Flamanville – outre le gouffre financier et les dangers qu’il représente – s’est illustré ce mois-ci par l’énorme fuite de documents confidentiels révélée par Greenpeace, cette annonce est un véritable non-sens.

Tout devrait inciter EDF à ne pas envisager de nouvelles implantations d’EPR. Le chantier de Flamanville est le théâtre d’une succession de dysfonctionnements majeurs, avec comme conséquence une explosion de la dépense publique : ce projet chiffré initialement à 3 milliards d’euros pour une mise en service en 2012 est désormais estimé à près de 19 milliards d’euros, avec un retard cumulé d’au moins dix ans. Quelques semaines après les révélations, par Greenpeace et Mediapart, de fuites de documents ultra-sensibles sur le chantier de l’EPR, mettant le doigt sur les importantes failles de sécurité du site de Flamanville, et alors que la mobilisation contre le projet de restructuration « Hercule » d’EDF ne faiblit pas, l’annonce faite vendredi par l’entreprise relève de la fuite en avant.

Après avoir désigné cet été Flamanville comme site pouvant accueillir une piscine géante pour combustibles irradiés – le rejet du projet initial ayant été salué par le Président du Conseil régional de Centre-Val de Loire qui refusait que sa région « devienne la poubelle nucléaire de la France » ! – cette décision conforte la Normandie comme tête de gondole du nucléaire.

Celle-ci est chaleureusement accueillie par Hervé Morin et d’autres élu.e.s normand.e.s pour qui le salut de l’économie locale passe inévitablement par les grands chantiers nucléaires. La Normandie ne manque pourtant pas d’atouts pour devenir pionnière d’un modèle énergétique basé sur le renouvelable – avec un coût de l’électricité inférieur à celle produite par un EPR. A terme, elle pourrait ainsi sortir de la production nucléaire – si les choix stratégiques étaient les bons.

Alors que le chantier de Flamanville est un véritable bourbier, la Normandie n’a pas vocation à accueillir deux autres EPR.

Nous avons récemment salué la décision du gouvernement d’implanter un parc éolien au large du Cotentin. Pour autant, nous ne partageons pas la vision des décideurs publics qui souhaitent faire de la Normandie une région hyper-productrice d’énergie, avec deux nouveaux EPR et d’autres parc éoliens à l’étude. Nos lignes électriques sont déjà suffisamment saturées !

Notre vision est celle d’une région axée vers une production d’énergie raisonnée et durable, et qui s’éloigne du nucléaire. Une région engagée également dans la sobriété énergétique, démarche créatrice d’emplois non-délocalisables et nettement moins dangereux que ceux du secteur nucléaire.

Il y a des cadeaux de Noël dont on se passerait volontiers. Sans nul doute, cette annonce de deux nouveaux EPR en Normandie remporterait cette année la palme.