Étude du cabinet carbone 4 : la France pas en capacité d’atteindre ses objectifs climats

Partagez ce contenu
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on LinkedIn
Linkedin

« Insuffisant, doit revoir sa copie », c’est ainsi que l’on pourrait résumer le dernier rapport de Carbone 4 sur l’action climatique du gouvernement. Après les avis du CESE (Conseil économique, social et environnemental), du CNTE (Conseil national de la Transition écologique), du Conseil d’État et du Haut conseil pour le Climat, c’est désormais le cabinet de conseil indépendant spécialiste de la stratégie bas carbone, Carbone 4, qui étrille le gouvernement dans une étude parue ce mercredi 24 février

En étudiant 11 paramètres clefs touchant aux transports, au logement et à l’agriculture, l’étude arrive à une conclusion sans appel : la France n’est structurellement pas en capacité d’atteindre les objectifs de baisse de 40% de GES qu’elle s’est fixée pour 2030 (dans le cadre de la Stratégie nationale bas carbone).

Cette étude valide une nouvelle fois ce que les écologistes rappellent depuis des mois : en refusant de reprendre sans filtre les propositions de la Convention citoyenne pour le climat, et en laissant les lobbies à l’œuvre pour détricoter les mesures des citoyen.nes, Emmanuel Macron aggrave le retard de la France dans sa lutte contre le dérèglement climatique. L’accentuation du réchauffement climatique nous oblige à des politiques rapides, concrètes et efficaces, ce n’est pas le cas de celles prises par le gouvernement.

Alors que plusieurs tribunaux français ont donné raison fin 2020 et début 2021 aux plaignants (maires et associations) qui ont attaqué l’État en justice pour son inaction face à la crise climatique, cette dernière étude vient confirmer les inquiétudes et les doutes émis par les expert-es et réseaux climats. Dans ses atermoiements, le gouvernement nous fait perdre un temps précieux dans la lutte contre le changement climatique.

Le projet de loi Climat et Résilience n’est pas à la hauteur des enjeux ! Signe du refus d’agir de la majorité présidentielle, les amendements reprenant les propositions de la CCC pourront être refusés par la commission spéciale alors que la loi doit entrer en examen à l’Assemblée Nationale.

Sans élu.es écologistes, pas d’écologie. En 2022, l’alternative sera l’écologie, seule à même de prendre des mesures ambitieuses à la hauteur des enjeux. À ce stade d’urgence, les petits-pas sont des reculs inacceptables. Europe Écologie Les Verts dénonce le double discours gouvernemental sur l’écologie et œuvrera à proposer un débouché politique aux mesures de la convention citoyenne pour le climat.